Ma mairie en 3D se lance le 17 décembre


 La francogrid, association loi 1901 hébergeant le plus grand nombre d'îles françaises sur la version en logiciel libre de Second Life, et Internet 3 solutions, lancent le 17 décembre une offre immersive en direction des collectivités appelée "Ma mairie en 3D".

Rencontre avec Jenny Bihouise, aka Cheops Forlife7, initiatrice du projet chez internet 3 solutions.

Hugobiwan Zolnir: Bonjour Cheops. Tu lances un projet appelé "Ma mairie en 3D" le 17 décembre. De quoi s'agit-il ?

Cheops Forlife7: bonjour, il s'agit de la possibilité pour tous les acteurs d'une même commune, habitants, services municipaux, élus, d'une solution de présentiel à distance. Cela veut dire que depuis son ordinateur on peut "rencontrer" en temps réel synchrone des personnes pour diverses opérations et activités ainsi que pour des séquences de télétravail.

HZ : Pourquoi "ma mairie" ? quel est le lien avec une mairie réelle ? a qui s'adresse le service ?
CF : justement à tous : c'est "ma mairie" pour les habitants, c'est "ma mairie " pour les élus, c'est "ma mairie" pour les agents qui y travaillent. Le principe c'est d'offrir une sociabilité augmentée qui fait défaut avc le web.2.0 quand on est seul face à son écran.

HZ :Cette mairie est donc en 3D. Vous avez choisi la version en logiciel libre de second life, Opensim, et la grille française francogrid. Pourquoi ?

CF: La technologie opensim nous parait pleine de promesses. Parce que d'abord c'est un logiciel opensource, ensuite parce qu'il offre une fenêtre ouverte sur l'international. Nous pensons au tourisme grâce à l'hypergrid, et ensuite Francogrid, car c'est un incubateur pour développer des applications du logiciel à des fins d'usages innovants et utiles, à tout projet numérique 3D. C'est accessible à tous.

HZ : Justement, parmi ces applications, est-il possible de développer des passerelles avec les logiciels des mairies (réservations, état-civil, ...) ?

CF : Oui bien sur ! Une mairie peut ouvrir une page supplémentaire sur son site pour l'accès à sa plateforme 3D, et l'accès aux pages du site peut se faire depuis la plateforme, avec toutes les fonctionnalités du site et même davantage.

HZ : peux tu nous donner un exemple de ce qui serait possible et qui ne l'est pas actuellement avec le web 2D des mairies ?

CF : L'atout est de pouvoir être accompagné dans ses démarches en présence de quelqu'un de réel. Nous avons avant tout pensé à l'isolement de beaucoup de personnes retenues chez elles ou sans temps pour se déplacer et participer. Tous ces gens peuvent de chez eux ou à tout moment "venir", visiter expos, rencontrer d'autres personnes.

HZ : L'idée est donc de pouvoir créer une place de transactions, de services et de rencontres dématérialisée au travers la mairie en 3D ?

CF : Oui de sociabilité avant tout, mais pas seulement. C'est une façon d'entrer dans le numérique de façon ludique, d'interesser les jeunes, de favoriser l'intergenerationnel et la participation citoyenne, en "vrai" contact avec les autres, pas seul face à une page du web mais en interactions avec d'autres. On peut assister à des conférences, en groupes.

HZ : Il existe déjà des plateformes de territoires multi-utilisateurs en 3D, notamment sous unity, comme Angers 3D, qui fonctionnent dans le navigateur web. L'accès à opensim n'est-il pas plus difficile ? Quels sont ses avantages ?

CF :  Oui pour l'instant il y a à se familiariser avec un outil client mais cela est en pleine évolution vers l'intégration dans les navigateurs et nous sommes confiants là dessus. Ce logiciel nous parait beaucoup plus puissant pour 2 raisons :

1° l'effet immersion est déterminant pour la socialisation que nous visons, or les avatars dans cette technologie sont les plus à même d'offrir une capacité à se projeter à travers eux.

2° le logiciel est doté d'un outil puissant permettant à certaines occasions aux utilisateurs d'illustrer leurs propos, je prends un exemple. Dans le cas d'une consultation sur un projet d'urbanisme on peut imaginer une séquence de formation courte où des habitants pourraient construire leurs idées, compléter des projets de base : par ex un jardin d'enfants ou autre, en présence d'architectes. On peut imaginer un conseil municipal de jeunes, des acteurs dans chaque commune qui sauront animer de tels séquences. C'est illimité.

Ce sur quoi nous insistons n'est pas tant le caractère attractif -quoi que- mais plus la ré-introduction du présentiel à distance, en plus c'est eco-responsable. La reproduction du bati réel offrant par ailleurs une image très valorisante, la plupart des mairies sont très jolies, font souvent partie du patrimoine.

La prospective aussi par rapport à opensim est la possibilité d'imaginer plus tard plusieurs mairies dont une partie ouverte sur francogrid et donc la possibilité pour des visiteurs, des habitants, des fournisseurs même, de se promener d'une mairie à l'autre pour toute la partie publique.



HZ : Avez-vous déjà des collectivités se déclarant intéressant intéressées ? Quels type de collectivités (villes, départements ? )

CF : justement c'est notre lancement du 17 decembre qui sera le moment informatif à grande échelle. Pour l'instant, nous avons le contact avec des communes ayant déjà un projet d'amélioration pour que leur site permette davantage de vie démocratique mais aucune n'a encore approché de près notre solution.  Marques d'interêt, et eveil commencent seulement à l'heure actuelle. Nous estimons que la 1ère étape est de venir en immersion se rendre compte, c'est pour cela que nous prévoyons un lancement permettant ce jour là de le faire, avec préparation dans la semaine qui précède, pour ceux qui auront répondu à notre invitation.

HZ : Il existe donc une mairie pilote ? comment s'y rendre ?

CF : Oui le prototype est donc dans Francogrid. Les indications pour s'y rendre sont dans l'invitation (ndlr cliquer sur l'image ci-dessus). Pour ceux n'ayant jamais été dans un monde virtuel, nous les accueillons à l'avance, individuellement, depuis leur ordinateur. Nous avons rodé un tel système antérieurement avec les acteurs du e-learning.

HZ : Quel est le tarif de base de l'offre pour une collectivité ?

CF : La base de calcul est en jours de travail. Il faut compter une moyenne de 15 jours pour la modelisation d'une mairie de taille comme celle du prototype. Ensuite les fonctionnalités retenues à installer peuvent être aussi nombreuses que variées,  et les séquences de formation également. Donc difficile de donner un chiffre mais nous pouvons aider également les porteurs de projet à soumettre celui-ci à des financements publics, surtout dans un cadre expérimental d'"early adopters".

HZ : Merci beaucoup Cheops. Un contact ?
CF:  jennybihouise(at)internet3solutions.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire